Blog

L'hyperlipidémie (Cholestérol et triglycérides)
Cholesterol.jpg

L’hyperlipidémie, c’est le fait d’avoir un taux élevé de lipides dans le sang (excès de graisses), ce qui inclus le cholestérol et les triglycérides. Cet état physique n’entraîne pas de symptômes. Pour bien des gens, elle n’a pas de conséquence néfaste. Il s’agit pourtant de l’un des plus importants des nombreux facteurs de risque qui, additionnés les uns aux autres, peuvent mener à une maladie cardiovasculaire.

L’excès de lipides dans le sang contribue à durcir et à épaissir la paroi des artères du cœur, les artères coronaires. Par conséquent, le coeur s’adapte de plus en plus difficilement à l’effort physique. L’hyperlipidémie, en abimant la paroi des artères, contribue aussi à la formation de caillots de sang pouvant boucher complètement une artère provoquant un accident vasculaire cérébral (AVC), un infarctus (crise cardiaque). Plaques épaissies de la paroi des artères peuvent également se détacher et se trouver entrainées dans la circulation (embol graisseux) et migrer ensuite vers des artères de petit calibre qu’elles bouches, provoquant par exemple un accident vasculaire cérébral (AVC).



D’où vient l’excès de cholestérol et de triglycérides?

Le foie produit la grande majorité du cholestérol (4/5ième) utilisé par le corps dans diverses fonctions. Le reste provient de l’alimentation, particulièrement des aliments d’origine animale. Ce sont les aliments riches en graisses saturées (viandes grasses, beurre, produits laitiers gras) et en graisses trans (margarines hydrogénées, shortening végétal, desserts, pâtisseries) qui font augmenter le taux de « mauvais » cholestérol, appelé LDL. On sait pourtant maintenant que pour la majorité des gens, le cholestérol alimentaire à lui seul a peu d’effet sur les taux de cholestérol sanguin : il n'influence que pour 1/5 le taux de cholestérol sanguin. Ainsi, les oeufs, les crevettes et les abats, par exemple, riches en cholestérol, ne doivent pas être bannis, car ils contiennent peu de graisses saturées.

Outre les aliments ingérés, le manque d'activité physique (sédentarité) et le tabagisme peuvent aussi élever le taux de cholestérol. De plus, les gènes ont leur influence en particulier dans les grandes hyperlipidémies familiales autosomiques dominantes.

Le cholestérol est une molécule spécifiquement animale, absente des végétaux. Il permet d’absorber des graisses alimentaires grâce à la formation de la bile.Le cholestérol permet également la fabrication d'hormones donc il est indispensable à la vie, on ne peut pas vivre sans cholestérol.

Quant aux triglycérides, ils proviennent le plus souvent de l’alcool et des sucres ingérés de façon excessive (surtout les sucres « rapide», comme les jus de fruits et autres boissons sucrées, les gâteaux, les confiseries et les confitures du commerce), transformés en triglycérides par le foie. Ainsi, même si les triglycérides sont un type de lipide (donc de graisses) sanguin, leur présence en excès ne provient pas habituellement des graisses alimentaires, mais plutôt de l'excès de sucres.

On me dit que j'ai un taux de bon cholestérol trop faible et que j'ai un rôle à jouer pour le remonter!

Pour augmenter le taux de HDL-C (bon cholestérol) il faut avant tout baisser le taux de triglycérides (il existe une corrélation inverse entre les 2). Pour réduire les triglycérides il faut contrôler son poids, réduire l'absorption de sucres rapides comme les boissons sucrées dont les ventes explosent en France. Les fruits ont une connotation positive dans l'imaginaire collectif, mais leur abus peut être source également d'hypertriglycéridémie. L'activité physique fait partie intégrante du plan thérapeutique (activité physique veut dire bouger au moins 30 mn par jour de marche rapide). Ne jouez pas à la patate de canapé! Bouger entraîne un effet bénéfique sur les paramètres lipidiques



Et l'alcool ?

L'alcool augmente également les triglycérides. Soyez donc modéré !
La diététique exige 3 choses essentielles: le réalisme, la précision et la rigueur du ... prescripteur!

« Bon » cholestérol, « mauvais » cholestérol, triglycérides!

Tout comme les autres lipides sanguins, le cholestérol n’est pas soluble dans le sang. Pour y circuler et être acheminé aux cellules, il a besoin d’être transporté par des substances appelées lipoprotéines.

Voici les 2 principaux types de lipoprotéines :

  • Les HDL (lipoprotéines de haute densité - High Density Lipoproteins). On les associe au « bon cholestérol ». Elles entraînent le cholestérol vers le foie et ont un effet « nettoyant » dans les vaisseaux sanguins;
  • Les LDL (lipoprotéines de faible densité — Low Density Lipoproteins). On les associe au « mauvais cholestérol ». Si elles sont trop abondantes dans le sang, elles peuvent se déposer sur les parois des artères et y pénétrer. Cela peut amorcer un processus d'inflammation et entraîner l’accumulation de différentes substances qui, à la longue, finiront par former une plaque qui rétrécira de plus en plus le diamètre des artères. C’est ce qu’on nomme l’athérosclérose (voir l’illustration en haut de la page). En plus de nuire au passage du sang, cette plaque peut ensuite, en se fissurant, entraîner la formation de caillots de sang. À leur tour, ces caillots, peuvent boucher l’artère en question (thrombose) ou alors circuler et causer une obstruction plus loin dans le système sanguin (embolie);
  • Les triglycérides sont un autre type de lipides que l’on retrouve dans le sang et sont la forme sous laquelle la graisse est stockée. Il s’agit de la seconde réserve d’énergie prévue par le corps, qui est sollicitée une fois que la première source d’énergie « rapide » est épuisée (il s’agit du glycogen retrouvé dans le foie et les muscles).

Les facteurs de risque cardio-vasculaires se divisent en facteurs modifiables ou non

Les facteurs de risque non modifiables :
- L’âge de plus de 50 ans pour un homme ou de plus de 60 ans pour une femme.
- Les antécédents personnels d'infarctus ou d'accident vasculaire cérébral,
- Ces mêmes antécédents présents dans la première lignée familiale (soeurs, frères, père et mère) avant 55 ans pour les hommes et 65 pour les femmes.

Les facteurs de risque modifiables :
- le HDL-C bas en dessous de 0,40 g/l,
- Le diabète,
- L’hypertension artérielle,
- Le tabagisme même si sevré depuis moins de 3 ans.

Par exemple, pour des taux identiques de cholestérol :

  • un homme fumeur âgé de 55 ans souffrant d’hypertension sera considéré à risque élevé. Il devrait donc viser à réduire davantage ses taux de cholestérol;
  • une femme de 34 ans non fumeuse et sans hypertension sera considérée à faible risque : elle n’aura pas besoin de réduire autant ses taux de cholestérol.

Source: Passeportsante France

Other Services

Our Team View All